07/02 – Restitution

Lors de cette séance finale, vous serez amené.e.s  à présenter par groupe le résultat de votre travail d’enquête face à un public élargi, qui comprendra des chercheurs et des professionnels (Babelio et Lecture Jeunesse).

30/01 – Méthode de rédaction et bibliographie

Un travail d’enquête n’a de sens que s’il est situé par rapport à des questionnements théoriques et aux recherches antérieures. Le travail bibliographique est essentiel pour alimenter tout travail d’enquête, en amont et en aval au moment de la rédaction.

Dominique Pasquier, Directrice de recherche CNRS, sociologue des pratiques culturelles et de la sociabilité, viendra expliquer ce travail d’exploration bibliographique et le rôle de la rédaction comment moment clef pendant lequel se construit l’analyse.

16/01 – Méthodes d’analyse des réseaux

Les trois séances de méthode visent à vous présenter un panorama des méthodologies d’enquêtes mobilisées pour l’étude des usages numériques. Cette troisième séance se concentre sur l’étude des interactions. Nous reviendrons sur les dispositifs de sociabilité en ligne et les liens qu’ils activent. Nous esquisserons les méthodes d’analyse de graphe et de réseaux.

  • Bastard I. et al. (2016). Facebook, pour quoi faire? Sociologie (à paraître).
  • Cardon, D., & Delaunay-Tétrel, H. (2006). La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics. Réseaux, (138), 15–71.

09/01 – Méthodes d’analyse de contenus, analyse d’activité

Les trois séances de méthode visent à vous présenter un panorama des méthodologies d’enquêtes mobilisées pour l’étude des usages numériques. Cette deuxième séance, en prenant comme axe l’analyse des collectifs en ligne, portera sur les méthodes utilisées pour analyser l’activité en ligne, la participation, la forme des interactions et les contenus échangés (textmining, analyse de conversation, vidéoethnographie).

  • Akrich, M. (2012). Les listes de discussion comme communautés en ligne : outils de description et méthodes d’analyse (No. n°25). Paris.
  • Beaudouin, V., & Velkovska, J. (1999). Constitution d’un espace de communication sur Internet (forums, pages personnelles, courrier électronique…). Réseaux, 17(97), 121–177.

16/01 – Méthodes d’analyse des dispositifs socio-techniques

Les trois séances de méthode visent à vous présenter un panorama des méthodologies d’enquêtes mobilisées pour l’étude des usages numériques. Cette première séance s’intéresse aux dispositifs socio-techniques produits par les concepteurs. En étudiant les artefacts des sites et les conditions de leur production, on envisagera comment les internautes se saisissent des outils proposés et les remix.

  • Beuscart, J.-S., & Peerbaye, A. (2006). Histoires de dispositifs. Terrains & Travaux, 11, 3–15.
  • Loveluck, B. (2015). Réseaux, libertés et contrôle. Une généalogie politique d’internet. Paris: Armand Colin.
  • Siles, I. (2011). From online filter to web format: Articulating materiality and meaning in the early history of blogs. Social Studies of Science, 41(5), 737–758.
  • Winner, L. (1980). “Do Artifacts Have Politics ?” In T. M. Press (Ed.), Daedalus, Vol. 109, N°1, Modern Technology : problem or Opportunity?, 121–136.

12/12 – Recherches sur la production et la critique

Dans la continuité de la séance du 28/12, trois articles seront discutés cette fois-ci. Ils s’intéressent aux stratégies de promotion que les producteurs eux-mêmes déploient à travers le numérique et aux effets observés.

  • Bastard, I., Bourreau, M., Maillard, S., & Moreau, F. (2012). De la visibilité à l’attention : les musiciens sur Internet. Réseaux, 175.
  • Beaudouin V., (2012) « Trajectoires et réseau des écrivains sur le Web. Construction de la notoriété et du marché», Réseaux, 175 , p. 107-144
  • Beuscart J.-S., (2008), « Sociabilité en ligne, notoriété virtuelle et carrière artistique. Les usages de MySpace par les musiciens autoproduits », Réseaux, 26, 152, p. 139‑168.
  • Cardon, D., Fouetillou, G., & Roth, C. (2011). Two Paths of Glory-Structural Positions and Trajectories of Websites within Their Topical Territory. ICWSM, 58–65.  (remarque : article très technique, à remplacer par un article sur les fanfictions par exemple?).

05/12 : Recherches sur la promotion et la critique

Cette séance et la suivante visent à vous familiariser avec des travaux de recherche à travers la lecture d’articles publiés récemment. L’idée est de reconstituer, à partir de la lecture des articles, le parcours de recherche : questionnement et état de l’art, terrain et méthode, résultats et discussion. Chaque article sera présenté par un.e étudiant.e et discuté collectivement.

Cette séance portera sur des recherches sur la critique de livre et quatre articles y seront discutés.

  • Bois, G., Saunier, E., & Vanhée, O. (2015). La promotion des livres de littérature sur Internet. L’agencement du travail réputationnel des éditeurs et des blogueurs. Terrains & Travaux, 26, 63–81.
  • Bois, G., Saunier, E., & Vanhée, O. (2016). La critique littéraire amateur sur les blogs de lecteurs. Reset, (5). https://doi.org/10.4000/reset.736
  • Janssen, S. (1997). Reviewing as social practice: Institutional constraints on critics’ attention for contemporary fiction. Poetics, 24(5), 275–297. https://doi.org/10.1016/S0304-422X(96)00010-1
  • Verboord, M. (2009). The Legitimacy of Book Critics in the Age of the Internet and Omnivorousness: Expert Critics, Internet Critics and Peer Critics in Flanders and the Netherlands. European Sociological Review, 26(6), 623–637. https://doi.org/10.1093/esr/jcp039
  • Vlieghe, J., Muls, J., & Rutten, K. (2014). Everybody reads: Reader engagement with literature in social media environments. Poetics, 54, 25–37. https://doi.org/10.1016/j.poetic.2015.09.001

21/11 – Travail collectif sur les questions de recherche et terrains

Au cours de cette séance, des professionnels du monde du livre (Babelio, Lecture Jeunesse) viendront vous présenter leurs questionnements autour de la critique amateur, pour ouvrir des pistes de recherche pour votre propre enquête et éventuellement jouer le rôle de parrain/marraine.

A l’issue de ces présentations et échanges, vous vous repartirez en groupes et commencerez à délimiter un sujet et un corpus pour votre enquête, si possible en lien avec nos partenaires.

14/11 : De la critique professionnelle à la critique amateur

Cette séance portera sur le rôle de la critique dans les mondes de l’art, comme médiation entre les biens culturels et les publics. Nous verrons comment l’essor de la critique amateur renouvelle les questionnements sur le rôle de la critique (autonomie par rapport aux industries culturelles, capacités prescriptives et influence…).

Bibliographie:

  • Becker H.S., 1988, Les mondes de l’art, Book, Paris, Flammarion.
  • Béliard, A.-S., & Naulin, S. (2016). Introduction. La critique culturelle : déclin ou hégémonie ? Reset, 5. Retrieved from http://reset.revues.org/757
  • Béra, M. (2003). Critique d’art et/ou promotion culturelle? Réseaux, (1), 153–187. JOUR.
  • Hennion, A. (2009). Réflexivités. L’activité de l’amateur. Réseaux, 153(1), 55. https://doi.org/10.3917/res.153.0055
  • Pasquier, D. (2014). Les jugements profanes en ligne sous le regard des sciences sociales. Réseaux, 32(183), 9–25.

07/11 – Définition des biens culturels, de la production à la réception

L’objectif de cette première séance est de définir les biens culturels comme résultant d’une chaîne de production et d’une construction sociale de la réception. Entre les deux processus, les “dispositifs de jugement (Karpik, 2007) visent à réduire l’incertitude sur la qualité d’un bien et donc à garantir l’appariement entre les contenus et les individus. Le numérique renouvelle ces dispositifs de jugement et ouvre donc différents thèmes de recherche.

Bibliographie:

  • Adorno, T. W. (1964). L ’ industrie culturelle, 12–18.
  • Auray, N., & Moreau F. (2012). Industries culturelles et Internet. Les nouveaux instruments de la notoriété. Réseaux, n°175.
  • Bryson B. (1996) “Anything But Heavy Metal”: Symbolic Exclusion and Musical Dislikes, American Sociological Review, Vol. 61, No. 5. pp. 884-899.
  • Bourdieu P. (1967). La distinction. Edition de Minuit.
  • Coulangeon P. (2003). La stratification sociale des goûts musicaux. Le modèle de la légitimité culturelle en question, Revue française de sociologie, Volume 44, p. 3-33.
  • Donnat O. (2008). Les pratiques culturelles des français. La découverte.
  • Hall, S., Albaret, M., & Gamberini, M. (1994). Codage/décodage. Réseaux, 68(12), 27–39.
  • Lahire, B. (2004). La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. La Découverte.
  • Legon, T. (2011). La force des liens forts : culture et sociabilité en milieu lycéen. Réseaux, 165(1), 215–248.
  • Levine
  • Karpik, L. (2007). L’économie des singularités. Gallimard.
  • PANIC (2011), Culture numérique. Regards sur les industries créatives. Le Manuscrit.
  • Séminaire final de PANUC : http://panic.telecom-paristech.fr/
  • Peterson R. A. (1992), Understanding audience segmentation : From elite and mass to omnivore and univore, Poetiæ, 27, p. 243-258

Programme du séminaire

Le programme se découpe en deux mouvements principaux. Tout d’abord, nous partirons d’une introduction des biens culturels et de la critique Un échantillon de recherches actuelles proposera ensuite d’envisager dans ce contexte les questions issues de l’émergence du numérique. Le but est que les étudiants puissent à ce stade se constitué en groupe de travail autour d’une question et d’un terrain à mener.

Ensuite, le deuxième volet du séminaire s’attachera à présenter les méthodes d’enquêtes liées au numérique. Les étudiants pourront ainsi au fil de l’eau mobiliser les différentes approches de terrains. L’idée n’est pas de recourir à tout l’attirail des outils et techniques mais de comprendre ce que chaque analyse apporte à la compréhension d’un sujet global.

Chaque séance fera bien sûr l’objet d’un échange sur l’avancement d’un terrain, et des points intermédiaires permettront de travailler collectivement sur les enquêtes en cours.

Le programme est détaillé ici: