Les appropriations sociales : de la lecture à l’écriture

Ce carnet de recherche sert de support pour un séminaire de l’EHESS animé au S1 2016-2017 par Valérie Beaudouin et Irène Bastard sur les méthodes d’enquête. L’objectif de ce séminaire est double : il s’agit d’expérimenter les méthodes d’enquête liées au numérique et d’appliquer ces méthodes à des terrains abordant les questions liées au rôle du numérique dans la critique amateur autour des livres.

L’étude des pratiques numériques soulève des problèmes particuliers pour l’enquête sociologique : anonymat des participants et disparité des engagements dans la participation, impossibilité de constituer des échantillons représentatifs, effets de cadrage des dispositifs sociotechniques et des modèles économiques des sites, étanchéité des résultats produits par l’analyse des traces et ceux produits par les analyses de discours, etc. L’accès apparemment immédiat et simple aux données cache donc de nombreux pièges et nécessite de réfléchir en amont à l’articulation du terrain.

À quelles conditions peut-on utiliser des corpus internet pour réaliser une enquête sociologique ? Quelles sont les limites inhérentes à la démarche ? Comment articuler les analyses de corpus recueillis en ligne avec des terrains menés selon des méthodes plus classiques d’observation, d’entretiens ou de questionnaires ? Et comment donner sens aux pratiques à partir des traces laissées par les internautes ? Ce sont des questions auxquelles ce séminaire tentera de répondre sur la base d’une enquête collective qui portera cette année sur les activités de la lecture à l’écriture.

 

De la critique amateur de livres au simple partage de lectures, le thème central du séminaire portera sur les formes d’appropriation de la lecture : comment “écrit-on” sur ce qu’on a lu ? En quoi le numérique change-t-il les choses ?

L’objectif est d’identifier les formes d’appropriation de la lecture, la diversité des modalités de réception et le rôle des sociabilités hors ligne et en ligne dans la lecture et l’écriture qui en découle. On s’interrogera aussi sur le pouvoir prescriptif des avis amateurs et sur le rôle que cherchent à occuper ces nouveaux dispositifs socio-techniques sur le marché du livre.

Chaque étudiant devra choisir en binôme, un terrain à réaliser sur ce thème. Pour introduire une dimension réflexive à cette enquête, la réalisation d’un blog d’enquête sera demandée, à partir d’une structure partagée pour le séminaire permettant d’échanger des concepts, méthodes et références bibliographiques. Les cours alterneront des séances de formation aux enquêtes sur les pratiques numériques, des séances de lecture des travaux existants, et des séances de travail en groupe sur les différents terrains.

Le thème central du séminaire porte sur les les formes d’appropriation de la lecture : comment “écrit-on” sur ce qu’on a lu ? De la critique amateur de livres au simple partage de lectures, en quoi le numérique change-t-il les choses ? L’objectif est d’identifier les formes d’appropriation de la lecture, la diversité des modalités de réception et le rôle des sociabilités hors ligne et en ligne dans la lecture et l’écriture qui en découle. On s’interrogera aussi sur le pouvoir prescriptif des avis amateurs et sur le rôle que cherchent à occuper ces nouveaux dispositifs socio-techniques sur le marché du livre.