07/11 – Définition des biens culturels, de la production à la réception

L’objectif de cette première séance est de définir les biens culturels comme résultant d’une chaîne de production et d’une construction sociale de la réception. Entre les deux processus, les « dispositifs de jugement (Karpik, 2007) visent à réduire l’incertitude sur la qualité d’un bien et donc à garantir l’appariement entre les contenus et les individus. Le numérique renouvelle ces dispositifs de jugement et ouvre donc différents thèmes de recherche.

Bibliographie:

  • Adorno, T. W. (1964). L ’ industrie culturelle, 12–18.
  • Auray, N., & Moreau F. (2012). Industries culturelles et Internet. Les nouveaux instruments de la notoriété. Réseaux, n°175.
  • Bryson B. (1996) « Anything But Heavy Metal »: Symbolic Exclusion and Musical Dislikes, American Sociological Review, Vol. 61, No. 5. pp. 884-899.
  • Bourdieu P. (1967). La distinction. Edition de Minuit.
  • Coulangeon P. (2003). La stratification sociale des goûts musicaux. Le modèle de la légitimité culturelle en question, Revue française de sociologie, Volume 44, p. 3-33.
  • Donnat O. (2008). Les pratiques culturelles des français. La découverte.
  • Hall, S., Albaret, M., & Gamberini, M. (1994). Codage/décodage. Réseaux, 68(12), 27–39.
  • Lahire, B. (2004). La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. La Découverte.
  • Legon, T. (2011). La force des liens forts : culture et sociabilité en milieu lycéen. Réseaux, 165(1), 215–248.
  • Levine
  • Karpik, L. (2007). L’économie des singularités. Gallimard.
  • PANIC (2011), Culture numérique. Regards sur les industries créatives. Le Manuscrit.
  • Séminaire final de PANUC : http://panic.telecom-paristech.fr/
  • Peterson R. A. (1992), Understanding audience segmentation : From elite and mass to omnivore and univore, Poetiæ, 27, p. 243-258

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *